Après Facebook, c’est LinkedIn qui laisse fuiter 500 millions de données utilisateurs

9 Avr 2021 - Carlito

0 commentaire(s)

mot-de-passe-sécurité-linkedin

Alors que les utilisateurs de Facebook peinent toujours à savoir s’ils font partie de l’énorme fuite de données survenue en 2019, c’est au tour du réseau professionnel LinkedIn d’être au cœur de la tempête. Selon le site de Cybernews, c’est une base de données de plus de 500 millions de profils qui aurait été mise en vente sur un forum de piratage. Comme pour le cas de Facebook, il s’agirait de données publiques (noms, prénoms, numéros de téléphone, adresses mail, lieu de travail…), récupérées en grande quantité via un logiciel d’extraction. Pour prouver la véracité de leur fuite, les malfaiteurs ont mis en ligne gratuitement un échantillon de près de 2 millions de profils. Selon un porte-parole de LinkedIn, ces informations viendraient en partie d’informations publiques trouvées sur le réseau social de Microsoft, mais pas seulement : “nous avons déterminé qu’il s’agissait en fait d’une agrégation de données provenant d’un certain nombre de sites Web et d’entreprises”.

Aucune intrusion à signaler

Comme pour le cas de Facebook, cette importante fuite de LinkedIn ne serait donc pas due à une éventuelle intrusion au sein du réseau social, mais uniquement d’une agrégation massive de données trouvables publiquement. La plateforme de Microsoft, qui espère lancer d’ici quelques mois sa propre version de Clubhouse a ainsi insisté sur le fait “qu’aucune violation de données” n’était à déplorer. Le réseau social n’a pas encore indiqué s’il prévoyait d’alerter individuellement les utilisateurs concernés, ou si comme Facebook, il comptait faire la sourde oreille face à la situation. En attendant, on vous conseille de surveiller toute activité suspecte sur vos comptes, afin d’éviter un éventuel vol de données en ligne.


mot de passe: Carnet de mots…

  • EDITIONS, GEEKSTYLE (Author)
  • 54 Pages – 10/02/2020 (Publication Date) – Independently published (Publisher)

Après Facebook, c’est LinkedIn qui laisse fuiter 500 millions de données utilisateurs