Doctissimo accusé de collecter et revendre vos données de santé

4 Juil 2020 - Carlito

0 commentaire(s)
Crédits : @lukasbieri via Pixabay

Qui n’a pas un jour scruté les forums de Doctissimo et fini par se soupçonner porteur d’un cancer, de la peste ou d’une maladie préhistorique rare ? Même s’il ne s’agissait finalement que d’un simple rhume, cela démontre à quel point le site médical racheté par le groupe TF1 a largement su s’imposer dans le paysage. Néanmoins, il semblerait que les informations que vous laissez sur les forums du site puissent être revendues… C’est en tout cas ce qu’affirme l’ONG Privacy International, qui accuse Doctissimo de collecter et de revendre les données personnelles de ses utilisateurs à leur insu. Dans son communiqué, Privacy International écrit que Doctissimo « ne respecte pas la loi en ce qui concerne son usage des cookies (traceurs) et autres technologies de suivi d’activité sur les appareils des utilisateurs. »

NOUVEAU: Suite à notre rapport « Your mental health for Sale » dévoilant les pratiques abusives de certains sites dédiés à la santé, PI soumet une plainte à la @CNIL contre @doctissimo

La plainte en français en bas de cette page: https://t.co/7tRgmfMV8k

— Privacy International (@privacyint) July 1, 2020

L’ONG a ainsi déposé une plainte auprès de la CNIL, et lui demande d’enquêter sur le cas de Doctissimo, accusé d’enfreindre le RGPD en collectant impudemment les cookies et en les revendant à près de « 556 partenaires » commerciaux chaque mois. D’après l’ONG, Doctissimo leur revendrait principalement des résultats de tests en ligne de santé présents sur son site. S’agissant d’un site médical sur lequel les données s’avèrent généralement plutôt sensibles, l’affaire à de quoi laisser perplexe, d’autant qu’il est parfaitement possible de confondre l’identifiant unique d’un internaute avec son identité réelle. Du côté de Doctissimo, un responsable du site se défend auprès de l’AFP en affirmant que le site « ne commercialise pas les données personnelles relatives à la santé » des internautes. Par ailleurs, Doctissimo aurait déjà modifié sa façon d’avertir les utilisateurs qu’il collecte des cookies en passant d’un consentement tacite à un consentement explicite qui nécessite un clic sur une fenêtre.