Epic Games, Tinder, Netflix et Spotify partent en guerre contre l’App Store d’Apple

18 Juin 2020 - Carlito

0 commentaire(s)

Le nombre d’entreprises qui s’insurge contre la fameuse « taxe Apple » continue de s’allonger. La firme de Cupertino a en effet longuement été critiquée pour appliquer une taxe de 30% de commission sur chaque transaction transitant par l’App Store. En plus de faire fondre les revenus des éditeurs, cette pratique a engendré par le passé des problèmes de concurrence. Spotify, notamment, avait porté plainte contre Apple devant la Commission Européenne, estimant que cette taxe le désavantageait face au service maison d’Apple – Apple Music – évidement exempté des 30% de commission. Même constat du côté des livres électroniques de Rakuten, pour lesquelles la firme doit s’exempter des 30% de commission, alors qu’Apple vend les siens sur Apple Books sans avoir à payer quoi que ce soit.

Récemment, Match Group (Tinder, OkCupid…) critiquait la commission de l’App Store, en déclarant à Axios que « Apple presse les industries comme les livres électroniques, la musique et la vidéo en streaming, le stockage dans le cloud, les jeux et les rencontres en ligne pour 30% de leurs revenus, ce qui est d’autant plus alarmant quand Apple entre ensuite dans cet espace, comme nous l’avons vu à plusieurs reprises (…) Nous accueillons l’opportunité de pouvoir en discuter avec Apple et de créer une répartition équitable des frais sur l’ensemble de l’App Store, ainsi qu’avec les parties intéressées dans l’Union européenne et aux États-Unis. »

Cette fois, c’est l’éditeur de jeux vidéo Epic Games qui s’invite dans la danse. Juste après le lancement de la troisième saison de Fortnite, le boss d’Epic Games est monté au créneau et s’en prend à cette fameuse « taxe Apple » sur Twitter : « Ici Apple parle d’égalité des chances. Pour moi, cela signifie : tous les développeurs d’iOS sont libres de traiter les paiements directement, tous les utilisateurs sont libres d’installer des logiciels de n’importe quelle source. Dans cet effort, Epic ne cherchera ni n’acceptera un accord spécial juste pour nous. »

Here Apple speaks of a level playing field. To me, this means: All iOS developers are free to process payments directly, all users are free to install software from any source. In this endeavor, Epic won’t seek nor accept a special deal just for ourselves.https://t.co/A4sT1eMKMm

— Tim Sweeney (@TimSweeneyEpic) June 17, 2020

L’attaque du patron d’Epic Games concerne ici les avantages spéciaux conférés à certaines firmes, dans le but de leur éviter de s’arroger des 30% de commission. En avril, la firme avait en effet annoncé la présence d’un programme destiné à exempter certains services de streaming vidéo de cette taxe, tels que Amazon Prime Video, Altice One ou encore Canal+, qui peuvent dorénavant amener leurs clients à payer via leurs propres services hors App Store. Ces nombreuses critiques fusent au moment même où l’Europe à ouvert deux enquêtes afin « d’apprécier si les règles imposées par Apple aux développeurs concernant la distribution d’applications via l’App Store enfreignent les règles de concurrence de l’Union européenne. » De son côté, Apple s’exprimait il y a peu sur ce sujet, par l’entremise d’un porte-parole : « Il est décevant que la Commission européenne avance des plaintes sans fondement d’une poignée d’entreprises qui veulent simplement un trajet gratuit et ne veulent pas suivre les mêmes règles que tout le monde. »