Facebook, Twitter et la TV face à une vague de « fake news » véhiculées par Donald Trump

6 Nov 2020 - Carlito

0 commentaire(s)
Crédits : @BarBus via Pixabay

« Si vous comptez les votes illégaux, ils peuvent nous voler l’élection mais si vous comptez seulement les votes légaux, je gagne aisément » a assuré Donald Trump lors d’une conférence, hier soir, alors que le comptage des votes – notamment, dans les États de Pennsylvanie, du Nevada et de l’Arizona – n’est pas encore terminé. The Verge rapporte que plusieurs chaînes nationales de télévision américaine – dont MSNBC, ABC, CBS, CNBC et NBC – ont choisi d’interrompre leur diffusion en direct de ce discours, lors duquel a enchaîne les fausses affirmations comme celle-ci.

« Un discours malhonnête »

« Nous interrompons notre diffusion car ce que est en train de dire le président des États-Unis est, en grande partie, absolument faux » a déclaré le présentateur de la chaîne CNBC (l’équivalent d’une BFM TV, en France). Au moment, l’animateur de la chaîne MSNBC assurait aux téléspectateurs qu’à leur connaissance « il n’y avait aucune occurrence de votes illégaux et aucune victoire confirmée pour Donald Trump. » Un journaliste de la chaîne d’information en continu CNN (qui, comme Fox News, a diffusé l’intégralité du discours) a qualifié cette conférence de « discours le plus malhonnête que le président ait donné (en quatre ans). » Cette situation – dont un précédent s’était déroulé en mars dernier suite aux déclarations sanitaires contradictoires sur le COVID-19 véhiculées par le président – s’est évidemment répercutée en masse sur les réseaux sociaux.

Le nombre de votes confirmés pour l’élection présidentielle américaine 2020 le 5 novembre à 12h46 … ainsi qu’à 13h37, le lendemain (Crédits : Google / Associated Press).

Hashtags bloqués et groupes supprimés

Twitter, qui offrait la possibilité de visionner ce même discours en direct sur sa plateforme, a aussi choisi d’interrompre sa diffusion. Le réseau social a par ailleurs signalé au moins huit publications du président américain comme « trompeuses » – dont une affirmant qu’aucun vote relevé après le Jour de l’élection ne serait pris en compte. Quant à Facebook et TikTok, les deux réseaux sociaux ont pris la décision de supprimer des hashtags complotistes comme #sharpiegate (en référence à la théorie selon laquelle l’usage de stylos-feutres de la marque Sharpie aurait invalidé certains bulletins de vote en Arizona), #stopthesteal (ou « arrêtez de voler l’élection ») ou plus généralement #riggedelection (ou « élection truquée »). Le réseau social chinois a expliqué que ces hashtags « violaient nos consignes concernant la mésinformation et les discours de haine. » Facebook a même été jusqu’à supprimer un groupe de 300 000 membres pro-Trump appelé « Stop The Steal ». Selon la plateforme de Mark Zuckerberg, ce groupe partageait non seulement des « fake news » concernant l’hypothèse de fraude électorale avancée par Donald Trump et son camp mais aussi des « inquiétants appels à la violence. »

YouTube dans la tourmente

YouTube, de son côté, ne semble pas avoir empêché la propagation d’autres fausses informations et accusations. The Verge, là encore, explique qu’une chaîne YouTube pro-Trump, One American News Network, n’a vu aucune de ses vidéos – dont une titrée « Trump l’emporte. Les Démocrates ont raté leur tromperie » – être bloquées malgré leurs centaines de milliers de vues. Selon un porte-parole de la branche modération de la plateforme de Google, aucune n’a violée ses consignes mais toutes se verront démonétisées. YouTube va aussi inclure un encart précisant que, malgré ce que le contenu de la vidéo laisse entendre, l’élection n’est pas terminée … seulement après que la vidéo soit lancée. Parmi d’autres théories fallacieuses, une vidéo d’un ancien conseiller de la Maison Blanche, Steve Bannon, a été supprimée pour « incitation à la violence. » Ce dernier avait déclaré que si ça ne tenait qu’à lui, il virerait le directeur du FBI, Christopher Gray, et le directeur de l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses et membre du Conseil scientifique, Anthony Fauci, puis « planterait leurs têtes sur des pics devant la Maison Blanche. » 

Le Feu et la Fureur


Patientez… Nous cherchons le prix de ce produit sur d’autres sites

Facebook, Twitter et la TV face à une vague de « fake news » véhiculées par Donald Trump