Google supprime des applis pour enfants pas assez protectrices de leur vie privée

26 Oct 2020 - Carlito

0 commentaire(s)
Crédits : Princess Salon

Google a confirmé il y a quelques jours la suppression de trois applications pour enfants de son Play Store. Pourtant très populaires, avec près de 20 millions de téléchargements cumulés, Princess Salon, Number Coloring et Cats & Cosplay sont accusés par l’IDAC (International Digital Accountability Council) de ne pas respecter la politique du géant du web concernant la collecte et le traitement des données personnelles. Concrètement, le problème ne vient pas directement des applications, mais plutôt des kits de développement utilisés par les développeurs pour concevoir ces dernières. Les trois logiciels utilisaient en effet des frameworks basés sur des versions d’Appoldeal, Unity et Umeng capables de récupérer les identifiants Android et publicitaires de l’utilisateur.

En collectant et en envoyant les identifiants publicitaires des jeunes utilisateurs des applications en question, et en les couplant à d’autres données sensibles, telles que l’identifiant Android par exemple, les applications pointées du doigt par l’IDAC ne permettaient pas à Google de garantir la protection de la vie privée prônée par l’entreprise américaine. Plus grave encore, cette combinaison de données privées permettait de pister les utilisateurs au-delà de l’application. Cette situation est particulièrement problématique pour des programmes destinés à un jeune public, qui souvent n’est pas averti des risques. Si l’IDAC n’est pas encore en mesure de déterminer l’ampleur de cette faille, ni combien de données ont déjà fuité, Google a malgré tout préféré prendre les devants, en supprimant directement les logiciels problématiques. Le géant du web a d’ailleurs indiqué qu’il n’hésiterait pas à prendre des mesures similaires pour l’ensemble des applications ne respectant pas ses conditions d’utilisation. À noter cependant que les versions iOS de Cats & Cosplay, Princess Salon et Number Coloring ne semblent pas concernées.

Google supprime des applis pour enfants pas assez protectrices de leur vie privée