La maison d’édition de Dragon Ball interdit le partage d’images et de GIF du manga

9 Jan 2021 - Carlito

0 commentaire(s)
Crédit : Yair Cerón, Pixabay
Crédit : Yair Cerón, Pixabay

Depuis le 1er janvier, la loi japonaise punit plus sévèrement le piratage des mangas : ceux qui partagent sans autorisation ces œuvres peuvent être condamnés à une amende pouvant aller jusqu’à 16.000 euros et ils risquent jusqu’à deux ans de prison ! Enhardi par ce renforcement de la loi, la Shueisha a décidé de restreindre très fortement le fair use, c’est à dire l’utilisation raisonnable d’images protégées par copyright.

Attaques contre le fair use

Des fans de Dragon Ball sur les réseaux sociaux ont commencé à subir le couperet de la Shueisha, avec pour certains d’entre eux le blocage de leur compte Twitter ! La maison d’édition fait un grand usage du DMCA, une loi américaine de 1998 qui permet d’interdire la publication d’un contenu protégé par les droits d’auteur. Les ayants droits peuvent exiger d’une plateforme qu’elle retire ces contenus, et habituellement Twitter obéit sans trainer.

La Shueisha peut également prendre contact avec la personne ayant partagé l’image ou le GIF pour lui demander si elle possède bien les droits d’utilisation du matériau sous licence, ou si ce n’est pas le cas, de le supprimer. Avec une telle politique et un tel zèle, il est probable que tous les contenus liés de près ou de loin à Dragon Ball et aux autres mangas publiés par la Shueisha disparaissent rapidement d’internet !

Certains s’en amusent, comme Nanarland qui a posté des images de films fortement inspirés de Dragon Ball (et qui n’ont visiblement pas obtenu les droits de la Shueisha). D’autres s’inquiètent de cette brèche dans le fair use, qui touche même les propres artistes de la maison d’édition, comme Fenyo, illustrateur pourtant affilié à l’entreprise, et qui a subi lui aussi un blocage de son compte Twitter.

Ces attaques dirigés contre les fans pourraient avoir un effet pervers, celui de les éloigner des publications de la Shueisha…

La maison d’édition de Dragon Ball interdit le partage d’images et de GIF du manga