Le Black Friday aura-t-il lieu cette année ?

10 Nov 2020 - Carlito

0 commentaire(s)
Crédits : Linus Schütz – Pixabay

Les péripéties commerciales du confinement ne sont décidément pas prêtes de s’arrêter. Après l’obligation de fermer les rayons « non essentiels » dans les grandes surfaces, l’interdiction pour les restaurateurs de livrer après 22h, ou encore la confusion autour du « click and collect », les débats se portent désormais sur le Black Friday, cet événement « made in USA » qui a débarqué en France en 2013, avant de connaître un réel succès en 2016. Ces promotions sont une immense occasion pour les diverses « marketplace » (Amazon, Cdiscount etc.) qui multiplient les remises alléchantes. Compte tenu du contexte très particulier de cette année, certains députés français ont souhaité tout simplement interdire l’événement, avant de se faire sèchement recadrer par le Ministère de l’économie.

C’est sur une loi votée en début d’année qu’une vingtaine de députés (dont certains dissidents du parti majoritaire comme Cédric Villani ou Matthieu Orphelin) ont voulu s’appuyer pour interdire l’événement. Cette loi, qui avait pour but de lutter contre le gaspillage, a modifié le Code du Commerce en interdisant, entre autres, « des pratiques commerciales qui ont pour objet dans une publicité, de donner l’impression, par des opérations de promotion coordonnées à l’échelle nationale, que le consommateur bénéficie d’une réduction de prix comparable à celle des soldes ». Selon ces députés, cette description s’applique au Black Friday, qu’il faudrait donc interdire. Une information rapidement démentie par Bercy, qui a précisé que les promotions du Black Friday n’étaient pas assimilables à des soldes. Le Ministre de l’Économie, Bruno le Maire, a quant à lui indiqué sur BFM TV que « le Black Friday [était] une opération promotionnelle d’ordre privé » et qu’il n’avait « pas la possibilité de l’interdire ». Bref, rassurez-vous : le Black Friday aura bien lieu, malgré le confinement.

De toute évidence, le contexte actuel, qui n’est pas vraiment favorable aux petits commerçants et, inversement, est propice aux sites de vente en ligne, a incité ces députés à vouloir interdire le Black Friday. Fin octobre, même le gouvernement, par la voix de la ministre déléguée auprès du ministre de l’Économie Agnès Pannier-Runacher, avait sommé Amazon de cesser sa campagne de publicité « pré-Black Friday », dans un esprit de solidarité avec les petits commerces obligés de fermer. Le ton a, semble-t-il, changé au ministère ces derniers temps qui souhaite, au contraire, favoriser la consommation en cette période d’incertitude économique.

Le Black Friday aura-t-il lieu cette année ?