Le « Virgin Hyperloop » a été testé avec des passagers humains avec succès

9 Nov 2020 - Carlito

0 commentaire(s)
Crédits : SciNews – YouTube

L’hyperloop (ou « hyperboucle » en français), c’est d’abord une longue histoire. Le premier à avoir imaginé cette technologie n’est pas vraiment un scientifique (ou presque), puisqu’il s’agit du célèbre écrivain français, Jules Vernes. Dans une nouvelle intitulée Au XXIXe siècle ou la journée d’un journaliste américain en 2889, le romancier décrivait des « tubes pneumatiques » dans lesquels on voyageait à 1500 km/h. Près d’un siècle plus tard, c’est un autre personnage haut en couleur qui s’attaque à l’hyperloop, Elon Musk. L’actuel boss de Tesla ne compte cependant pas s’arrêter à la fiction et a la ferme intention de développer une telle technologie. Son souhait s’est peut-être réalisé parce qu’aujourd’hui, c’est une autre entreprise emblématique des technologies futuristes qui a joint réalité et fiction : le Virgin « Hyperloop One » a effectué un premier test avec des passagers dans le désert du Nevada, non loin de Las Vegas.

La petite nacelle baptisée « Pegasus » et ses deux passagers ont atteint près de 100 miles à l’heure (160 Km/h) sur une piste d’essai de 500 mètres et de 3,3 mètres de diamètre au milieu du désert. 400 tests avaient déjà été réalisés, mais aucun avec des humains. « Il s’agit d’une hyperboucle fonctionnelle à grande échelle » d’après Jay Walder, le PDG de Virgin Hyperloop. La nacelle Pegasus est pensée pour n’être qu’une version miniature d’un transport futuriste ultra-rapide grandeur nature capable de transporter jusqu’à 23 passagers et pesant 2,5 tonnes. D’après l’un des passagers qui a eu la chance de tester Pegasus, l’accélération sera semblable à celle d’un avion qui décolle. La nacelle est propulsée par lévitation magnétique – la même technologie que celle utilisée par certains trains à grande vitesse ou « bullet train ». Des modèles que l’on retrouve en Asie, à l’instar du Transrapid de Shanghai (ou « Shanghai Maglev »), capable d’aller à 480 Km/h.

La vitesse maximale théorique de l’Hyperloop One est de 760 miles par heure (plus de 1200 km/h !), mais les passagers tests de cet essai ne sont pas des astronautes et de toute façon, le record sans passager n’est que de 386 km/h pour le moment. Une chose est sûre, c’est que si Elon Musk et Richard Branson, les PDG de Tesla et de Virgin, ont investi des millions dans cette technologie, c’est qu’elle a peut-être de l’avenir. À terme, l’idée est de permettre un voyage de Los Angeles à San Francisco (plus de 600 kilomètres) en seulement 30 minutes.

La mise en place d’une telle technologie reste extrêmement délicate cependant : non seulement elle pose des problèmes de sécurité évidents (la vitesse amplifie exponentiellement le danger) mais elle représente en plus un potentiel gouffre financier. Construire un système de tubes surélevés sous basses pressions sur des centaines de kilomètres coûterait des milliards de dollars. L’hyperloop est-elle une énième lubie de patrons milliardaires mégalomaniaques ou une véritable technologie d’avenir ? La réponse à cette question reste en suspens, malgré ce premier test réussi.

Elon Musk: How the Billionaire CEO of SpaceX and Tesla is Shaping our Future


Patientez… Nous cherchons le prix de ce produit sur d’autres sites

Le « Virgin Hyperloop » a été testé avec des passagers humains avec succès