Les commerçants en guerre contre Amazon et son Black Friday

2 Nov 2020 - Carlito

0 commentaire(s)
Image par memyselfaneye de Pixabay

La grogne monte contre le géant Amazon. Alors que le commerçant français sont éprouvés par la crise sanitaire et les mesures prises pour l’endiguer, les craintes que la plateforme de Jeff Bezos ne capte toute une partie des revenus de la concurrence se font plus vives chaque jour. Le géant du e-commerce a bien tenté l’apaisement en acceptant la demande de la ministre de l’Industrie Agnès Pannier-Runacher de suspendre sa campagne de publicité sur le Black Friday. Mais il est clair que cela n’empêchera pas la plateforme d’être la grande gagnante de cette période bouleversée par le Covid-19 et les confinements.

Au troisième trimestre 2020, Amazon a triplé son bénéfice au troisième trimestre par à 2019 et augmenté ses ventes de 37 %. Et la situation actuelle continue d’être propice à ses affaires. Près de 200 000 commerces considérés comme « non essentiels » n’ont effet pas le droit pour le moment d’accueillir leurs clients. Et si les grandes surfaces, restent ouvertes, elles n’ont pas non plus le droit de vendre des produits « non essentiels » tels que des livres ou des jouets.

Plusieurs initiatives ont vu le jour pour aider les entreprises à faire face à cette crise. Citons par exemple la plateforme librairiesindependantes.com qui permet de commander en ligne un livre à aller chercher dans une des 1000 libraires du réseaux. Mais les commerçant s’inquiètent à l’approche de cette période stratégie que sont pour eux les mois précédant Noël et estiment que les plateformes d’e-commerce représentent une “concurrence déloyale”. Comme le révèle Les Echos, la Fédération des commerces spécialistes des jouets a annoncé déposer un référé devant le Conseil d’Etat pour violation du principe d’égale concurrence. L’Alliance du commerce et le syndicat des centres commerciaux envisageraient quant à eux de déposer un recours en justice. Les centres commerciaux n’hésitent pas à appeler à « l’interdiction immédiate du Black Friday« .

Philippe Laurent, secrétaire général de l’association des maires de France a proposé sur Europe 1 d’établir des jauges de fréquentation plus strictes pour les grandes surfaces afin d’autoriser des concentrations de clients réduites dans davantage de commerces, « 2 à 3 personne maximum en fonction de la taille de boutique« . Bruno le Maire a quant à lui rappelé que dans 15 jours, en fonction de l’évolution de la situation sanitaire, certains commerces pourraient être autorisés à rouvrir. Un soutien économique est également prévu. « En novembre, nous allons dépenser 15 milliards d’euros d’aides. Le fonds de solidarité va être porté jusqu’à 10.000 euros mensuel pour toutes les entreprises de moins de 50 salariés fermées administrativement. Chaque commerçant pourra cumuler cette somme avec l’aide sur les loyers et avec les exonérations de charges« , précise le ministre de l’économie.

Interrogé par LCI, la ministre de la Culture Roselyn Bachelot a également pris position : « Oui, Amazon se gave, à nous de ne pas les gaver« . Elle appelé les Français à ne pas acheter de livres sur les plateformes numériques et annoncé que les tarifs postaux seront considérablement diminués pour les envois de livres commandés en librairie.

Les commerçants en guerre contre Amazon et son Black Friday