Moteur de recherche : 8 Français sur 10 veulent une solution plus éthique

18 Mar 2021 - Carlito

0 commentaire(s)
Crédits : skylarvision / Pixabay.

Avec la situation sanitaire, nous sommes de plus en plus nombreux à travailler sur un ordinateur, depuis chez nous. Un an après le premier confinement, le “monde d’après” pourrait cependant être l’occasion de revoir nos priorités, notamment sur le plan éthique et environnemental. Selon un récent sondage Ifop pour le moteur de recherche solidaire Lilo.org, nous serions de plus en plus nombreux à nous engager au quotidien pour limiter notre impact environnemental. En donnant plus régulièrement à des associations par exemple (2 Français sur 10 ont commencé à soutenir des causes solidaires en 2020), ou simplement en revoyant notre façon de consommer au quotidien (pour 50% des sondés).

Lorsqu’il est question de transition écologique, on pense souvent à l’alimentation, ou aux produits matériels de la vie courante. Pourtant, notre consommation électrique liée à notre hyperconnectivité augmente de manière exponentielle ces dernières années. Recevoir un mail, effectuer une recherche… Tous ces actes en apparence anodins qui ont largement intégré notre quotidien sont loin d’afficher la neutralité carbone. De plus, les GAFAM comme Google, Apple ou Facebook par exemple sont régulièrement pointés du doigt pour leur mauvaise gestion des données personnelles, quand il n’est pas question de manquements éthiques (Apple a été accusé l’année dernière de collaborer avec des fournisseurs profitant de l’exploitation ouïghoure).

Rendre le web engagé ?

Face à un web aux conséquences de plus en plus impactantes à l’échelle mondiale, certains moteurs de recherche tentent pourtant de changer la donne, en s’éloignant du sempiternel modèle GAFAM. C’est notamment le cas d’Ecosia, de DuckDuckGo, qui attaquait il y a peu Google sur sa politique de suivi de données, ou encore de Lilo.org. Depuis 2015, le moteur de recherche qui se présente comme “une alternative” pour une société “plus écologique et solidaire”, permet aux internautes de transformer leurs recherches Internet en dons pour l’association de leur choix. Au total, rapporte l’organisme dans un communiqué, plus de 3,5 millions d’euros ont déjà été collectés. Un bon moyen de lier l’utile à l’agréable, sans avoir à changer nos habitudes pour autant.

Moteur de recherche : 8 Français sur 10 veulent une solution plus éthique