Parler : La plateforme ultra-conservatrice interdite par Google, Apple et Amazon

11 Jan 2021 - Carlito

0 commentaire(s)
Crédits Parler

La semaine dernière, plusieurs dizaines de manifestants pro-Trump faisaient irruption dans le Capitole pour tenter d’empêcher la confirmation de Joe Biden en tant que nouveau président des États-Unis. Face à la violence des émeutes, qui se sont soldées par cinq morts, dont un policier, de nombreux réseaux sociaux avaient déjà pris des mesures, à l’image de Twitter qui est allé jusqu’à supprimer définitivement le compte de l’actuel président. Ce weekend, c’était au tour de l’application ultra-conservatrice Parler d’être dans la ligne de mire des géants du web.

Google et Apple interdisent Parler

Très prisée par les pro-Trump, l’application était en effet accusée de faire l’apologie des émeutes au Capitole et de relayer des menaces de nouvelles violences. Vendredi, c’est Google qui a ouvert le bal, en interdisant le logiciel de son Play Store. Une prise de position soutenue quelques heures plus tard par Apple. La Pomme avait en effet lancé un ultimatum en fin de semaine au réseau social, l’appelant à supprimer ses contenus problématiques, mais aussi à prendre des mesures pour éviter que cela ne se reproduise à l’avenir. “Il n’y a pas de place sur notre plateforme pour les appels à la violence et les activités illégales”, avait martelé Apple ce weekend. Sans réaction de la part de Parler, Parler a finalement été supprimée des plateformes de téléchargement en ligne jusqu’à nouvel ordre.

Amazon supprime ses serveurs

Google et Apple ne sont pas les seuls à avoir pris des décisions radicales à l’encontre de Parler ces derniers jours. Depuis ce matin 9h, l’entreprise Amazon a elle aussi rejoint le mouvement, en suspendant l’hébergement des serveurs du réseau social. Une décision que la firme de Jeff Bezos justifie par “l’augmentation constante de contenus violents sur [le] site qui violent nos conditions d’utilisation”. Dans un communiqué officiel de Parler, le PDG du réseau social John Matze a accusé les GAFAM “et autres membres du cartel de tyrans des géants de la tech, de coordonner leurs actions et de s’entendre pour empêcher la concurrence”.

Même les avocats quittent le navire

Après les GAFAM, la série noire ne s’arrête plus pour Parler. Dans une interview accordée à Fox News, John Matze a finalement confié que l’ensemble de ses fournisseurs avaient pris la décision d’abandonner l’entreprise suite aux récentes décisions de Google, Apple et Amazon : “Des services de messagerie texte aux fournisseurs de courrier électronique en passant par nos avocats, nous ont tous abandonnés le même jour”. Une volonté selon le PDG de Parler de “supprimer complètement la liberté d’expression sur Internet”. Si ce dernier a tenu à rassurer ses utilisateurs, en promettant un retour à la normal d’ici une semaine, l’avenir de l’application ultra-conservatrice semble désormais de plus en plus incertain.

Parler : La plateforme ultra-conservatrice interdite par Google, Apple et Amazon