“T’as joui ?” : l’algo qui “détecte” l’orgasme féminin amuse les réseaux sociaux

16 Juin 2020 - Carlito

0 commentaire(s)
Crédits : @Ichigo121212 via Pixabay

Voilà une innovation qui pourrait aider bien des couples… ou pas. L’entreprise Relida Limited, basée à Chypre, serait en effet parvenue à créer « un produit capable de détecter un orgasme féminin authentique ». Si la firme n’en a pas fait elle-même la présentation, les diapositives de sa démonstration aux entreprises ont été partagées sur Twitter par le brand manager de Lelo, une marque de sextoy, et l’innovation n’a pas manqué de faire réagir sur les réseaux sociaux. Mais plus que l’innovation, ce sont surtout les arguments utilisés par Relida Limited dans sa présentation qui prêtent à sourire, comme ce chiffre de 26%, qui représenterait le nombre de femmes qui simulent l’orgasme… Cette présentation (qui n’était pas censé être dévoilé publiquement) précise également qu’il n’existerait « jusqu’ici aucune preuve de l’orgasme féminin. »

Received a pitch presentation from a « female well being sex tech start-up » (five dudes) that can « confirm » and « validate » female orgasms, that could help my company develop better sex toys. Here are some slides, for your enjoyment/anger. pic.twitter.com/wwbk9NUDB3

— Stu Nugent (@CrookedNuts) June 9, 2020

Si cet algorithme capable de détecter « l’authenticité d’un orgasme féminin » a de quoi faire sourire, il n’est absolument pas destiné à se retrouver entre les mains de particuliers. Comme l’explique Relida Limited auprès de la BBC – tout en déplorant la « fuite » de ses documents de présentation sur Twitter – l’innovation est avant tout destinée aux entreprises. L’algorithme permettrait aux fabricants de sextoy de tester leurs produits avant d’être mis en vente. Pour ce faire, Relida Limited utilise une montre connectée afin de mesurer la fréquence cardiaque de la porteuse, et ainsi déterminer via l’algorithme si le nirvana a été atteint, tout en précisant que l’élaboration de cette technologie n’était pas encore terminée. En attendant, les discussions après l’amour, ce n’est pas si mal en fin de compte…