Télétravail : Microsoft 365 introduit un « score de productivité » des employés

27 Nov 2020 - Carlito

0 commentaire(s)
Crédits : Glenn Carstens-Peters via Unsplash

La crise sanitaire que nous traversons aura très largement généralisé le recours au télétravail. Mais tandis que les entreprises ont dû s’adapter rapidement à ce changement brusque de management, certaines d’entre elles ont pu être tentées de surveiller plus que de mesure leurs salariés confinés à domicile au moyen de logiciels spécifiques. Cette étude publiée par ISG Research et publiée en juin dernier démontre par exemple que l’intention d’achat de solutions de surveillance à distance des employés et d’outils de productivité a été multipliée par plus de 50 au cours du premier confinement, preuve qu’il s’agit d’une réelle préoccupation des employeurs. Mais plutôt que de se pencher sur des logiciels spécifiques, ces derniers pourront dorénavant utiliser les outils de la suite Office 365 de Microsoft, qui vient d’intégrer une fonction permettant aux employeurs de surveiller leurs salariés.

Dans les faits, il ne s’agit pas d’une fonction explicitement dédiée à la surveillance des employés, mais elle peut parfaitement remplir ce rôle. Il s’agit d’une « nouvelle solution d’analyse organisationnelle » du Microsoft Workplace Analytics, et qui permet d’établir un « score de productivité » entre 0 et 800 afin de gagner en efficacité. Le problème, c’est que, comme le note The New Republic, ce fameux « score de productivité » est accessible par les dirigeants d’une société pour chaque employé, et ce chiffre peut aussi bien être comparé à celui d’autres employés, voir même à des scores issus des salariés d’autres entreprises. Pire encore, l’outil pourrait être dupé facilement, et certains employés pourraient ainsi « gonfler » leur score, créant une situation de compétition entre employés. Du côté de Microsoft, on se défend d’une volonté d’instaurer un outil de surveillance : « le score de productivité n’est pas un outil de suivi du travail ». La firme de Redmond précise que les données sont agrégées sur une période de 28 jours pour chaque utilisateur, et qu’il reste possible d’anonymiser ses données.

Si vous êtes vous-même en télétravail et que vous craignez que votre employeur dépasse les limites en terme de surveillance, on vous invite par ailleurs à consulter notre dossier – Votre employeur vous espionne-t-il lorsque vous télétravaillez ? – dans lequel nous tentons d’établir la ligne rouge à ne pas franchir entre surveillance hiérarchique et violation de la vie privée.

Télétravail : Microsoft 365 introduit un « score de productivité » des employés