[Test] : Netgear Nighthawk M5, un routeur 5G au prix fort

12 Avr 2021 - Carlito

0 commentaire(s)

Netgear continue sa percée dans l’univers formidable des routeurs mobiles et après un excellent Nighthawk M2 l’année dernière, Netgear propose désormais le Nighthawk M5 et on l’aura compris, la grosse nouveauté est le support de la 5G et du WiFi 6. Avec, on pourra donc facilement partager une connexion 5G en déplacement et ce, sans toucher à son smartphone.

On l’a déjà dit et certains vont nous rappeler, à raison, que les smartphones sont déjà capables de faire office de point d’accès WiFi. L’inconvénient, c’est que cela puisse immobiliser son smartphone et surtout consommer de la batterie, beaucoup de batterie. Encore plus d’ailleurs en 5G. Du coup, dès lors qu’on envisage d’y connecter plusieurs appareils pour la famille, on réalise très vite à quel point le WiFi provenant d’un smartphone est loin d’être stable. Du coup, c’est là qu’entre en jeu un produit comme le Netgear Nighthawk M5 puisqu’il est dédié à ce genre d’usage et ce, avec une stabilité et une autonomie bien plus appréciable. 

Par rapport au Nighthawk M2, la plus grosse différence se situe sur le support de la 5G et de ses nouveaux débits. Bien évidemment, c’est toujours compatible 4G avec un équivalent à de la 4G de Cat. 20. Mais ce n’est pas tout puisque le Nighthawk M5 propose en plus le support du WiFi 6 (en 2,4Ghz et 5GHz), ce que ne propose aucun smartphone en mode point d’accès à ce jour. Comme son prédécesseur, il ne fait que 250g et saura donc se glisser dans n’importe quel sac. Avec sa batterie de 5040mAh, il a de quoi tenir aisément la charge pendant une journée complète. Dans nos usages, on a pu le garder une semaine en veille avec une usage quotidien entre une heure et demi et deux heures avant de repasser par la case recharge. Il se recharge en USB-C et son port USB-A permet de recharger un appareil pour dépanner ou d’y brancher une clé USB avec du contenu multimédia. Cela transforme ainsi le Nighthawk M5 en serveur multimédia. Pratique pour la famille par exemple lors de longs trajets. Pour le design, c’est exactement la même chose que son prédécesseur.

Par rapport au M2, le démarrage est un peu plus rapide et sera opérationnel en un peu moins de 45 secondes. On retrouve un écran tactile de 2,4 pouces et la configuration a été des plus classiques. C’est simple et efficace. Netgear n’a semble-t-il pas changé techniquement son écran et oui, on aurait aimé un écran tactile plus sensible mais une fois la phase de configuration passée, on a que très peu utilisé l’écran même donc ce n’était pas vraiment un inconvénient. Même si on est loin du meilleur écran sur le marché, il reste lisible et parfaitement fonctionnel et ce, quelque soit les conditions. Comme pour son prédécesseur, si on ne souhaite pas spécialement tout paramétrer via l’écran, on pourra toujours utiliser l’interface web classique (bien meilleure cette année) ou l’application iOS/Android. Ainsi, on accède à tout moment aux appareils connectés, à la consommation et autres informations vitales à ce type d’appareil. 

Pour la partie SIM, petite évolution puisqu’on a enfin droit à un port nano-SIM et non Micro-SIM comme sur le M2. Il faut dire qu’on est en 2021 et que le nano-SIM est plus que la norme. On l’avait déjà vu avec le M2, il n’y a plus de port Micro-SD. Certains le verront d’un mauvais oeil alors d’autres n’y prêteront pas forcément attention. En revanche, on retrouve un port Ethernet, ce qui permettra d’utiliser le Nighthawk M5 en tant que pont WiFi sur un réseau existant, ce qui peut être pratique mais surtout permet de combiner la 4G/5G et un réseau existant pour une meilleure répartition des charges, surtout si les deux réseaux, séparément, ne sont pas les plus véloces. Et enfin, comme d’habitude sur les produits Netgear, on retrouve les deux connecteurs TS-9 pour y ajouter des antennes externes (en option) au cas où. 

Galerie












[Test] : Netgear Nighthawk M5, un routeur 5G au prix fort