[Test] Nubia Watch : le design ne fait pas la montre

23 Oct 2020 - Carlito

0 commentaire(s)
Crédits : Le Journal du Geek.

En 2015, Nubia, alors filiale du géant chinois des télécoms ZTE, prenait son indépendance et devenait une marque à part entière. Après avoir commercialisé plusieurs smartphones, elle s’est lancée cette année sur le marché des montres connectées avec la Nubia Alpha et son équivalent plus « grand public » et grand écran financé sur KickStarter, la Nubia Watch. Pour s’établir dans un secteur où la concurrence est rude, la marque chinoise a décidé d’opter pour un choix insolite : un écran « flexible » qui recouvre les trois quarts du poignet. Mais comme nous allons le voir, ce n’est pas la taille d’écran qui compte mais bien la qualité de ce qui se cache derrière.

Où l’acheter ?

La Nubia Watch (à ne pas confondre avec la Nubia Alpha à 299 euros) est disponible pour 219 euros.

Design & Ergonomie

Pour commencer, la Nubia Watch se présente dans une boîte cubique noire affublé d’un magnifique dessin doré de la montre. Cette dernière n’est même pas au poignet que l’on comprend instantanément que le design sera sa (seule) raison d’être. Une fois extirpée de son antre, la « smartwatch » attire immédiatement le regard. Son coloris noir, mis en valeur par un bracelet de silicone de la même couleur et son boîtier constitué d’un mélange d’aluminium et de céramique, lui donne le look d’un gadget de James Bond. Les deux bords latéraux de son boîtier sont même gravés d’échelons métriques, semblables à ceux d’une boussole. Ce que l’on remarque évidemment d’entrée de jeu est son écran AMOLED rectangulaire, recourbé aux extrémités, de 4,01 pouces (960 x 192). Avec une luminosité parfaite, de très belles couleurs et une sensibilité tactile présente sur toute la longueur de la dalle, il est véritablement l’atout principal de cette « smartwatch ». Qui plus est malgré les dimensions hors-normes qu’il lui confère – 41,7 mm x 14,4 mm x 125 mm pour la taille et 98 grammes pour le poids – ce grand écran parvient à ne pas s’imposer trop visiblement ou à trop peser sur le poignet.

Deux remarques mineures cependant : l’écran de la Nubia Watch n’est pas entièrement flexible, seulement ses extrémités. Si la montre peut donner l’impression de pouvoir s’adapter à toutes les formes de poignet, ce ne sera donc sans doute pas le cas en réalité. Vu la taille de l’écran, il est par ailleurs impossible de plaquer complètement le bracelet jusqu’à sa montre contre le poignet. Si ledit bracelet n’était pas en silicone et donc aisément malléable, il pourrait être un handicap assez frustrant, notamment la nuit, lorsque s’accroche dans les draps ou coussins.






La Nubia Watch est dotée d’un gros bouton sur le côté droit du boîtier. Celui-ci permet d’alterner entre l’écran d’accueil et le menu menant aux diverses fonctionnalités de la montre (détaillées plus bas). Le Nubia Wear OS, grâce auquel la « smartwatch » opère, propose une variété de cadrans numériques. S’ils sont en général peu inspirés, les cadrans proposés profitent des belles couleurs de la dalle AMOLED. Au-delà des soucis de design, l’écran ne propose que trois tableaux en dehors de celui donnant la date et l’heure. Le premier, le volet des Paramètres, donne accès à l’indicateur de batterie, la luminosité de l’écran, la connexion Bluetooth ou GPS (symbolisée par une pointe de flèche), la réactivité gestuelle (pour décider, si ou non, l’écran de la montre peut s’allumer d’un seul geste du poignet, ce qui, en pratique, demande souvent de l’insistance), l’activation du suivi du sommeil, etc. Il est accessible d’un « swipe » vers le bas, à n’importe quel niveau de l’écran longiligne.

Un « swipe » inverse, de bas en haut, recense les dernières notifications reçues. Si les textes des messages concernés s’avèrent très petits, le système a au moins l’avantage de différencier les provenances et ainsi de ne donner que le dernier message reçu pour chaque source. L’utilisateur a la possibilité de cliquer sur l’un d’eux pour retrouver la liste complète des messages de cette source. On ne peu pas y répondre mais on peut supprimer le tout, si besoin. Un « swipe » vers la gauche ou vers la droite amène au menu des applications pré-installées (et les seules accessibles) comme les modes d’entraînement (« Sports »), les statistiques biométriques (« Health »), etc. L’écran peut enfin être éteint en appuyant sur le bouton latéral ou en pressant la dalle à l’aide du pouce et de l’index écartés l’un de l’autre en pince. Si cette option est la bienvenue, elle n’est pas celle que l’on finit par adopter, vieilles habitudes obligent.







La Nubia Watch se couple au smartphone à travers l’application mobile Nubia Wear. Sa configuration est très rapide et ne demande que quelques informations utiles au calcul, notamment, des calories perdues lors d’une activité physique : la taille, le poids, l’âge, le sexe, etc. Une fois l’application opérationnelle, les ennuis commencent. L’appli ne montre qu’une image de la Nubia Alpha, sa grande sœur au design assez distinct. C’est d’ailleurs le manuel d’utilisateur de la Nubia Alpha qui est accessible depuis l’application, et non celui de la Nubia Watch. Ceci n’est qu’un détail mais ce n’est pas le seul problème rencontré. L’appli est extrêmement pauvre en informations. Le menu Paramètres de l’application est peuplé d’erreurs et de fautes de frappe dans sa version française (à moitié) : comme avec « Gestion d’dispositifs » ou l’onglet « Gestion des photos » où le premier mot est coupé au deux tiers.  Un problème de forme qui nous a tout de suite fait redouter que la partie logicielle s’avère bâclée mais nous allons y venir.

En pratique

La Nubia Watch fonctionne grâce à un SoC Qualcomm Snapdragon 8909W, alias Wear 2100, 1 Gb de mémoire vive RAM, 8 Gb de stockage (dont environ 4,2 Gb à disposition) et quelques capteurs biométriques. La capacité de stockage lui a été conférée en vue d’accueillir un maximum de musiques et de photos, grâce auxquelles l’utilisateur pourrait personnaliser son cadran numérique. Seulement voilà, il est tout bonnement impossible d’y importer un quelconque fichier. Peut-être faut-il que l’utilisateur se dote obligatoirement d’un téléphone Nubia pour ce faire, auquel cas ni l’appli Nubia Wear ni le manuel ne le mentionne. L’appli ne donne pas la possibilité d’ajouter de la musique et le gestionnaire de photos ne propose, en réalité, que d’exporter des photos prises par la montre. En effet, l’appli semble, comme expliqué plus haut, davantage avoir été créée pour la Nubia Alpha, doté d’un appareil photo miniature, que la Nubia Watch, incapable de prendre des photos. Le « data transfer » proposé par l’appli ne concerne que les photos éventuellement prises par la montre et pas les photos contenues dans le smartphone.

Même chose pour le calendrier que la montre permet, en théorie, d’afficher de manière très efficace sur son grand écran. Bien que la fonction « Sync management » signale que celui-ci a bien été synchronisé avec la montre, rien ne s’affiche. Le mystère reste entier même en se référant au fameux manuel.







En outre, la « smartwatch » n’arrive même pas à se rattraper sur les quelques fonctionnalités qu’elle propose. En dehors des outils vus et revus, comme la Boussole ou le Minuteur, qui font leur office, le volet Santé de la Nubia Watch s’avère très en retard sur la concurrence. Le suivi du rythme cardiaque n’est effectif que dans deux cas : lors d’un enclenchement spontané de l’outil « Heart Rate » sur la montre, seulement durant le temps où celui-ci est actif ; et lors d’un exercice physique. De même, le suivi du sommeil doit être préalablement activé (avec l’icône en forme de lune) dans le menu des paramètres de la montre pour être réalisé. Il faut ensuite se rendre sur « Mode sommeil » dans l’application mobile. Les données montrées sont très sommaires et il est impossible de se référer aux chiffres de la veille pour effectuer une comparaison soi-même. Et il en est exactement de même pour le rythme cardiaque. D’ailleurs, en parlant de sommeil, il n’existe pas de mode « ne pas déranger » qui empêcherait l’écran de s’allumer en pleine nuit.

Concernant le volet sportif, la Nubia Watch est censé s’accompagner de quatre modes « versatiles » d’entraînement – à savoir, course en intérieur, course en extérieur, marche en extérieur et « Free Workout ». S’ils sont en apparence paramétrables pour établir des objectifs de temps ou de calories brûlées, il est impossible de les valider. La montre ne propose aucune alerte pour ponctuer un exercice physique et ne donne que très peu de données à l’arrivée, même sur l’appli Nubia Wear. En marche en extérieur, le GPS est à activer d’abord sur la montre. Il semble se calibrer rapidement. Par contre, en dehors du nombre très imprécis de kilomètres parcourus, il n’y a aucun moyen, même depuis l’appli, de savoir si le suivi GPS a vu juste ou non.

Autonomie

Quant à son autonomie, la Nubia Watch ne pouvait évidemment prétendre à faire mieux que les autres. Son grand écran AMOLED doit forcément consommer plus d’énergie que les cadrans numériques moins élaborés. Sa batterie de 425mAh lui octroierait, selon le constructeur, de sept jours complets d’autonomie en mode « économie d’énergie » (activable avec l’outil en forme de pile électrique dans le volet des paramètres de la montre) à 36 heures d’autonomie seulement, entre deux recharges. Là-dessus, la « smartwatch » de Nubia tient sa promesse. En exactement 24 heures, la batterie de notre Nubia Watch est passé de 81% à 38% A ce propos, précisons que la recharger à 100% est impossible : la batterie a oscillé entre 80 et 81% pendant quelques heures , sans qu’on sache pourquoi, lors d’une recharge, pourtant plutôt rapide (11% en 6 minutes).

Deux relatifs bons points sont cependant à prendre en compte. En plus d’un mode « Barrage », qui propose l’équivalent d’écrans de veille animés à la montre, la montre propose deux fonctionnalités assez utiles. La première est la possibilité de prendre ou de lancer un appel depuis la montre via l’outil « Calls ». La seconde est la fonction « SearchPhone » qui fait vibrer (et non sonner, comme l’indique faussement la montre en anglais) votre smartphone pour le retrouver.

Galerie du test






















Nubia Red Magic 5G Gaming...

1 Commentaires


Nubia Red Magic 5G Gaming…

  • 📱 【Avec 6,65 pouces Full HD】: téléphone Nubia RedMagic 5G, 1080 x 2340 pixels, rapport…
  • 📱 【256 Go de ROM + 12 Go de stockage RAM】: 128/256 Go UFS3.0-LANE, Qualcomm SM8250…
  • 📱 【Triple caméra 64MP + 8MP + 2MP】: 64 mégapixels (f / 1,8) + 8 mégapixels + 2…
  • 📱 【Charger Chargeur standard 4500mAh 11V / 5A】: Charge rapide, charge rapide 18W, charge…

[Test] Nubia Watch : le design ne fait pas la montre