[Test] TV LG OLED 48CX, 48 pouces de plaisir

28 Juil 2020 - Carlito

0 commentaire(s)

L’OLED, on en profite déjà sur nos smartphones depuis un certain nombre d’années, mais ce type de dalle reste encore plutôt rare sur les téléviseurs, et avant tout cantonné au très haut de gamme. LG s’illustre avec cette technologie depuis un bon moment, si bien qu’elle aujourd’hui la seule marque à fabriquer des dalles OLED pour téléviseurs dans le monde, qu’elle fournit notamment à d’autres concurrents. Dans la gamme de LG, le constructeur proposait l’OLED avant tout sur de grands téléviseurs de 55 pouces minimum. Avec la gamme CX, qui vient remplacer les C9, LG introduit un plus petit modèle de 48 pouces. La LG OLED 48CX s’avère ainsi être la plus petite télévision OLED de LG, avec des caractéristiques qui sont censées n’avoir rien à envier aux modèles plus larges. Il pourrait ainsi être le téléviseur parfait pour ceux qui recherchent la meilleure qualité d’affichage possible, sans pour autant se coltiner un écran géant.

Design de la LG OLED 48CX

La LG OLED 48CX reste fidèle au look des téléviseurs LG OLED que nous avons déjà pu croiser. Il s’agit ni plus ni moins que d’une version plus petite de la 55CX et la 65CX, qui empruntaient déjà largement aux classiques C9. Inutile de changer une équipe qui gagne : le design est clairement réussi, avec cet imposant dock qui assure une stabilité optimale à l’ensemble et cette dalle ultra-fine sur la hauteur, donnant l’illusion d’optique d’une épaisseur extrêmement contenue.

La LG OLED 48CX est une télévision qui reste plaisante à regarder, même éteinte, quand bien même cet imposant « dock » ne permettra pas d’y accoler une barre de son facilement. Quant à la dalle à proprement parler, elle s’avère assez peu réfléchissante dans l’ensemble, même si le QLED de Samsung restera leader incontesté en la matière. Enfin, on retrouve à l’arrière, facilement accessibles, tous les ports dont vous pourriez avoir besoin : quatre ports HDMI, trois ports USB, un port ethernet, un port jack 3,5mm, une sortie optique, un connecteur pour antenne et un satellite. Enfin, notez que la télévision est plutôt lourde et pas spécialement facile à installer. Prévoyez d’être deux pour le faire.


Image & son

Si le design de la LG OLED 48CX semble identique à celui proposé sur ses grandes soeurs, qu’en est-il de la qualité d’image ? Il faut bien avouer que LG sait y faire : la qualité d’image de la LG OLED 48CX est tout bonnement excellente, et se classe sans conteste parmi les meilleurs téléviseurs 4K au monde, merci l’OLED. Grâce à cette dalle OLED UHD de 48 pouces aux pixels auto-émissifs, on profite d’un contraste vraiment infini. Par curiosité, on a tenté de regarder l’épisode 3 de la saison 8 de Game of Thrones, qui avait été beaucoup critiqué en raison de sa très faible luminosité. Et sur cette LG OLED 48CX, on voit parfaitement tous les détails, notamment en arrière-plan, alors qu’ils sont pratiquement invisibles avec un écran LCD plus traditionnel.

Autre caractéristique de l’OLED : les angles de vision de cette LG OLED 48CX sont tout bonnement excellents, ce qui en fait un parfait téléviseur familial. Outre cette dalle à couper le souffle, on retrouve le processeur d’image LG α9 Gen3, qui est annoncé comme étant 15% plus puissant que son prédécesseur, qui était déjà particulièrement efficace. Ce processeur adapte automatiquement l’image en fonction du contenu visionné, qu’il s’agisse d’un film (en général à 24 i/s), un dessin animé, ou encore du jeu vidéo ou du sport. Dans ces derniers cas de figure, on profite alors souvent d’un taux de rafraîchissement de 120 images par seconde, épaulé par les fonctions G-Sync et FreeSync inclues.


En ce qui concerne le jeu vidéo – même si ce n’est pas le point fort des écrans OLED à cause d’une certaine latence – la LG OLED 48CX gomme ce défaut grâce à la fonction ALLM et à un mode image « Jeu » particulièrement bien pensé qui va permettre de réduire au minimum la latence dès lors qu’une console est détectée, et ainsi permettre de profiter comme il se doit même du plus nerveux des titres multijoueurs… Tout en profitant du contraste infini de l’OLED. Le meilleur des deux mondes. On dispose sinon de toutes les dernières technologies pour profiter de tous ces contenus : HDR10, Dolby Vision IQ, HLG, Upscaling en 4K…

Crédits : LG

Seul bémol du côté de l’audio, qui manque un peu de coffre, mais c’est aussi dû à la « petite » taille de ce téléviseur OLED comparé à la gamme habituel que nous offre LG. On dispose ici d’un système son très classique composé de deux haut-parleurs de 10 watts et d’un woofer de 20 watts pour une puissance d’amplification totale de 40 watts. Le son n’est pas mauvais, loin de là, mais il ne fait pas honneur à la qualité d’image qui est quant à elle exceptionnelle. Le problème, c’est que le dock central sur lequel vient se reposer la dalle ne permet pas d’y glisser une barre de son pour corriger facilement ce défaut. On devra alors la fixer au mur, utiliser des enceintes sur les côtés, ou alors compter sur des enceintes Bluetooth, qui sont bien entendues compatibles avec ce téléviseur, avec également la possibilité d’y accoler des enceintes Bluetooth LG pour diffuser les effets surround. Notons que le mode AI Sound permet tout de même d’ajouter un peu de profondeur au rendu sonore. On profite sinon du Dolby Atmos.

Télécommande & Interface logicielle

Sur la LG OLED 48CX, on ne dispose que d’un unique bouton placé sous la dalle, au centre, un peut à la manière des moniteurs de la marque. Tout se passe en réalité sur la télécommande. Celle-ci, plutôt complète, se veut particulièrement ergonomique et efficace, puisqu’elle interagit avec le téléviseur via radio fréquence et non pas infrarouge, ce qui ne nécessite pas de la pointer nécessairement vers le téléviseur. On dispose, au centre, d’une molette pour naviguer dans les menus, que nous avons trouvé plutôt efficace, bien qu’un peu déroutante lors de la première utilisation. Dans l’interface, on profite d’un pointeur, un peu à la façon d’une Wiimote de Nintendo. Ce pointeur fonctionne plutôt bien dans l’ensemble, et il est particulièrement utile dès lors qu’on doive saisir du texte sur un clavier virtuel du téléviseur, mais il a une fâcheuse tendance à se décaler dans un sens où dans l’autre.

Du côté de l’interface à proprement parler, on bénéficie sur la LG OLED 48CX – comme tous les autres téléviseurs de la marque – de webOS, l’interface logicielle maison de la firme coréenne. Dans sa version 5.0, WebOS propos une expérience plutôt haut de gamme, avec une interface très soignée qui s’organise autour d’un bandeau qui vient s’afficher sur la partie basse de l’écran, tout en laissant le reste de la dalle afficher du contenu. Un deuxième sous-bandeau vient afficher certaines informations supplémentaires au-dessus de ce premier bandeau : lorsque vous passez avec le pointeur sur l’icône de Netflix, par exemple, vous aurez alors accès à des propositions de contenus dans ce second bandeau. Malgré les bonnes idées de cette interface et la volonté de proposer quelque chose de radicalement différent du traditionnel Android TV ou de Tizen de Samsung, on a tendance à parfois se perdre de ce menu minimaliste ou avoir de la difficulté à trouver certaines fonctions pourtant simples. Question d’habitude. Malgré l’absence d’Android TV, on retrouve néanmoins le support de Google Assistant, mais aussi d’Alexa d’Amazon.