Trompeuses, les pratiques de Wish sont la cible de la répression des fraudes

1 Déc 2020 - Carlito

0 commentaire(s)
Crédits : Wish.

« Les Français-e-s qui utilisent l’application pour y trouver du low-cost doivent savoir qu’ils y trouveront surtout des arnaques » déplore aujourd’hui le secrétaire d’État au numérique, Cédric O, sur son compte Twitter (ci-dessous). Ce dernier parle de l’application mobile Wish, censée permettre l’achat de produits revendus par un réseau de particuliers mais aussi d’autres biens bon marché fabriqués en Chine. Comme le rapporte Ouest-France et le secrétaire d’État lui-même, Wish est aujourd’hui la cible de la Direction de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), qui vient de saisir le parquet de Paris après avoir enquêté deux ans sur ses pratiques.

Selon les conclusions de la Direction de la répression des fraudes, Wish serait sujette à des « pratiques commerciales trompeuses. » Parmi elles, on retrouve de fausses promotions, à travers des réductions réalisées sur « la base de prix de référence trompeurs », la mise en avant troublante de produits indisponibles ou encore des suspicions de contrefaçon. En effet, certains produits afficheraient des logos proches de marques connues, « de nature à induire en erreur les consommateurs. » Cédric O rappelle même que Wish avait autorisé la vente de masques ne respectant pas les normes sanitaires en vigueur. Selon Ouest-France toujours, la plateforme américaine de vente en ligne pourrait risquer plusieurs dizaines de millions d’euros d’amende. Cette affaire n’est évidemment pas à son avantage, surtout dans le contexte actuel. Wish serait sur le point d’entrer en bourse aux États-Unis. De telles sanctions pourraient mettre à mal ces desseins, malgré le soutien de ses cent millions d’utilisateurs. Elles alimenteraient par ailleurs la volonté de l’Union européenne de responsabiliser davantage les plateformes e-commerce.

Trompeuses, les pratiques de Wish sont la cible de la répression des fraudes